SVT monde

Les conséquences du réchauffement climatique

dimanche 2 avril 2006 par Erwan Le Fol

Des études récentes montrent qu’avec l’augmentation actuel de la concentration en gaz à effet de serre atmosphérique, les températures estivales pourraient monter dans l’arctique de 3 à 5°C d’ici à la fin du siècle. Ces quatre dernières années, la température moyenne à la surface de l’océan Arctique était, entre janvier et août 2005, de 2 à 3 degrés Celsius plus élevée qu’au cours des cinquante dernières années.

D’un point de vue global, les scénarios les plus optimistes tablent sur une augmentation de 2°C de la température moyenne sur Terre d’ici à 2100 ; l’arctique connaîtrait alors, avec un surplus de 1 à 3 °C, des conditions climatiques qui prévalaient il y a 130 000 ans, la dernière période chaude entre la précédente et la dernière ère glaciaire. [1] Selon certains modèles, la fonte des glaces du Groenland et d’autres glaciers arctiques aurait augmenté le niveau des océans de 3,5 mètres.

Parallèlement à l’augmentation de la température moyenne à la surface de la Terre, le niveau moyen des océans a commencé à s’accroître plus rapidement. Il est passé de moins de 2 mm par an au 20ème siècle à 2,5 mm/an actuellement et pourrait atteindre 3,5 mm d’ici 2100. Depuis la fin du XIXème siècle, les scientifiques estiment que le niveau moyen des océans a crû d’environ 12 cm. Une importante étude menée l’année dernière notait que les régions arctiques connaissent "certains des changements climatiques le plus rapides et sévères sur Terre" et que la fonte des glaces dans cette zone avait contribué à augmenter le niveau de la mer dans le monde de 7,6 centimètres ces vingt dernières années. Selon une étude très récente de la NASA et de l’Université du Kansas, la disparition des glaces du Groenland a doublé entre 1996 et 2005 avec l’accélération du mouvement de déversement de glace dans l’Atlantique sous l’effet du réchauffement mondial des climats. Le GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat), dans son bilan de 2001 indiquait que "selon les modèles, un réchauffement annuel moyen local de plus de 3 °C se prolongeant pendant des millénaires entraînerait la fonte quasi totale de la nappe glaciaire du Groenland, ce qui ferait monter le niveau de la mer d’environ 7 mètres."

D’après Christophe Magdelaine dans notre-planete.info

[1] Ce précédent réchauffement avait alors été la conséquence d’une variation de l’axe de rotation et de l’orbite terrestre, et non d’un accroissement de la teneur en gaz à effet de serre.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 2969699

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité d’ici et d’ailleurs  Suivre la vie du site Sciences de la Terre   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2e + ALTERNATIVES

Creative Commons License